Recette de Coq au vin d’Alsace

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Un coq au vin d’Alsace est un plat généralement à servir en automne et en hiver. Voici les étapes nécessaires en vue de réussir la préparation de ce repas traditionnel alsacien.

Les préparatifs avant la mise en route

Il faut d’abord choisir un coq fermier de qualité, d’environ 1,5 kg, ou un poulet jaune, ce dernier étant presque aussi ferme qu’un coq.

Concernant le vin, il s’agit d’un vin blanc bien frais, en l’occurrence le Riesling, reconnu généralement comme le plus élégant des cépages de la région alsacienne.

Pour ce qui est des ingrédients, prévoyez notamment 150 grammes de champignons frais, 2 à 3 échalotes, un bouquet de persil, une tablette de bouillon de volaille, de la crème fraîche, de la farine et de l’eau-de-vie (facultative).

La recette en elle-même

Vous découpez d’abord le coq en morceaux puis épluchez et ciselez les échalotes. Une fois cela fait, mettez à chauffer de l’huile au sein d’une cocotte. Au fur et à mesure, faites revenir les morceaux de volaille sur toutes les faces pendant 5 à 10 minutes, à feu doux, car il vous sera difficile de tout y mettre en une seule fois.

Pendant que les morceaux de coq dorent, occupez vous de leur assaisonnement (sel, poivre). Une fois cette première étape réalisée, vous devez sortir les morceaux de volaille, afin d’ajouter les échalotes au préalable ciselées dans votre cocotte. Faites les également revenir dans le but de les faire blondir. Pendant ce temps là, occupez vous de diluer la tablette de bouillon au sein de 20 cl d’eau frémissante.

Il vous faut ensuite remettre les morceaux de coq et une fois qu’ils sont bien chauds, vous pouvez flamber l’ensemble avec de l’eau de vie (du cognac de préférence). Une fois la flamme retombée, il vous faut verser le Riesling et le bouillon.

L’étape suivante consiste à laver et émincer les champignons avant de les ajouter à la cocotte. Dans la mesure du possible, versez-y également des herbes aromatiques (un brin de thym et de romarin, des feuilles de laurier) ainsi qu’un clou de girofle et de l’ail soigneusement hachée. Une fois que tout est en place, il vous reste à porter l’ensemble à ébullition.

Les dernières étapes avant la dégustation

Une fois la préparation portée à ébullition, elle doit ensuite mijoter pendant environ 1h30. Durant la cuisson, surveillez que le jus ne s’évapore pas trop vite ; si c’est le cas, ajoutez un peu d’eau tiède. Lorsque le coq est cuit, enlevez les morceaux de volaille et maintenez-les au chaud (couvrez-les à l’aide d’une feuille d’aluminium).

Si vous souhaitez faire baigner le coq dans une sauce peu de temps avant de le servir, filtrez le jus de cuisson et en parallèle préparez un mélange de farine et de crème fraîche. Ajoutez y le jus puis verser le tout dans la cocotte. Portez la sauce à petite ébullition, baissez le feu puis remettez les morceaux de coq dans le jus. Vous êtes bientôt prêts à servir le coq au vin d’Alsace, il ne vous reste plus qu’à rectifier au besoin l’assaisonnement et à parsemer la préparation avec du persil haché (voire une pincée de muscade).

Le coq peut être servi directement depuis la cocotte ou avec un plat de service. Il est recommandé de l’accompagner par du riz et surtout des spaetzles, ces petites pâtes fraîches alsaciennes qui iront à merveille avec votre coq.

Sam

Laissez un commentaire

Ca pourrait vous interresser

Articles en liens